Kusen donné lors du camp d'été 2013 - Temple Yujo Nyusanji

(Suite du karma des trois temps)

Donc le karma de pratiquer la Voie augmente chaque fois que vous pratiquez, et du même coup le mauvais karma des vies antérieures décroit chaque fois que vous pratiquez, évidemment si vous pratiquez dans un esprit pur. Maintenant que vous avez connaissance du karma des trois temps, vous ne connaissez pourtant pas encore la racine du karma. Le karma a de bonnes et de mauvaises conséquences. Il y en a de différentes catégories, comme un karma ordinaire ou un karma saint. Il y a des résultats karmiques tels que les trois royaumes, les six destinées, les quatre sortes de naissance, et les neuf existences.

Le karma naît de l’illusion, et l’illusion, en particulier, c’est haïr ou désirer ce qui ne devrait pas être haï ou désiré ; affirmer ou nier ce qui ne devrait pas être affirmé ou nié. L’illusion consiste à penser que ce qui n’est pas yang est yang, ou que ce qui n’est pas yin est yin. L’illusion consiste à se distinguer sans cesse soi-même des autres. La non illumination signifie ne pas connaître sa véritable origine, ne pas connaître le lieu de naissance des myriades de choses. Manquer de sagesse dans toute situation, c’est ce qu’on appelle également la non illumination.

L’esprit de zazen, du vrai zazen sans but, dans la posture correcte, sans pensée, originellement pur, libre des influences du monde social, n’est pas souillé par les autres conditions. Au contraire, il purifie la conscience et le karma. Donc la pensée de zazen transforme l’esprit, même si on ne s’en rend pas compte.

La transformation de cet esprit, lorsqu’on revient du samadhi à la conscience ordinaire humaine, on l’appelle la conscience de non illumination. Quand on prend conscience de cette non illumination, l’esprit de l’observateur observe ce monde ordinaire, mais il sait que ce monde ordinaire est originellement pur, il sait que la propre nature de ce monde ordinaire est spirituelle et lumineuse.

Si vous pratiquez de cette manière sans catégorie de bien, de mal, alors la non illumination est détruite.

C’est aussi aider les autres, c’est sauter dans le samsara pour aider les autres et soi-même, c’est détruire les douze conditions d’interdépendance, à ce moment-là elles sont perçues comme vides et illusoires. Les quatre sortes de naissance, les six destinées sont oubliées d’un seul coup, parce que la compassion apparaît, parce qu’on sait que l’esprit originel de tout le monde est comme cela. Il n’y a pas de distinctions, il n’y a pas de dégénérescence, il n’y a pas finalement, et jamais, d’extinction de cet esprit originel.

En conséquence il n’y a pas d’actes, il n’y a ni haine ni envie, ni croissance ni décroissance, il n’y a rien que le grand silence, la grande intelligence.

Je vous conseille, dit le maître, d’expérimenter l’esprit originel. Vous vous débarrasserez des milliers d’affaires, et calmerez de nombreuses conditions, sans juger le bon, le mauvais, libre pour vous-même et pour les autres. Baissez seulement le regard à 45 degrés vers le sol et observez l’esprit originel. Vous devenez calmes, vous voyez l’esprit unique, toutes les caractéristiques des choses sont épuisées, la racine de l’ignorance est détruite, les branches, les feuilles du karma sont détruites et ses résultats n’existent plus. 

 

Plus tard, le dix-neuvième patriarche dit à son disciple :

« Même si vous avez déjà foi dans le karma des trois temps tel que je vous l’ai enseigné, vous n’avez pas encore compris tout à fait que le karma est produit de l’illusion, que l’illusion existe comme résultat de la conscience, et que la conscience vient de l’ignorance, que l’ignorance résulte de l’esprit, et que l’esprit est originellement pur, sans commencement ni fin, sans action ni effort, ni mérite, ni rétribution karmique, sans supériorité ni infériorité, simplement tranquille, très conscient et très clair

Si vous acceptez cet enseignement, je vous donnerai le shiho, et vous serez semblable à tous les bouddhas, vous comprendrez que tout le bien et le mal est comme un rêve, une fantaisie, un fantasme. »

En entendant cela, le disciple comprit la signification profonde de ces mots et éveilla la sagesse qu’il avait possédée depuis toujours.

 

Maitre Kosen,

mercredi 7 août 11h

 

Méditation zen : inscrivez-vous à la prochaine sesshin

L’esprit est originellement pur, sans commencement ni fin, simplement tranquille,  très conscient et très clair.

Méditation zen : retraites

Prochaine sesshin : Temple zen Yujo Nyusanji - 28 Décembre 2019 au 01 Janvier 2020 - Renseignements et inscriptions à cette retraite zen

Camp d'hiver 2019: Zazen la méditation Zen, Temple du Caroux près de Montpellier


-As-tu mangé ta soupe de riz ? -Oui -Alors va laver ton bol

Nansen

Faites un don

Soutenez le plan de gestion durable et de préservation du patrimoine forestier du Temple Yujo Nyusanji


Mondo

Questions au maitre zen Kosen

Boddidharma, moine bouddhiste indien, fondateur en Chine de l'école Chan, courant contemplatif du mahāyāna, devenu le Zen.

Maitre Kosen

Suivez l'enseignement de Maître Kosen au Dojo Zen de Montpellier et dans les grandes sesshins au temple zen Yujo Nyusanji


Kusens

Ecoutez et téléchargez les derniers enseignements de Maitre Kosen à Montpellier