Question

Tout d'abord merci pour votre précédente réponse.

"une partie de ce qu'il dit est sensé et même intéressant". Vous serez-t-il possible de préciser laquelle? Sur la question, les avis sont pour le moins divergents...

"Les notions de droite et de gauche ne veulent aujourd’hui plus rien dire (...)
Elles appartiennent au passé." (...)
"Je pense cela et pourtant je ne suis pas de droite" (...)
"on pourrait penser que les lepenistes et les gens d’extrême droite"
Je sais que la Voie est au-delà des dualités (et du principe de non-contradiction?), mais tout de même...
Plus généralement, je pense que considérer le clivage en question comme caduc est une très grave erreur. Vous même ne pouvez faire de cette position autre chose qu'une pétition de principe: vous vous identifiez très clairement comme "de gauche" - de même que vous identifiez très certainement les gens de droite comme tel. Je pense qu'il est dangereux de confondre l'usure psychologique de certaines représentations avec la réalité des rapports de force sociaux, idéologiques et plus généralement culturels qui les ont sous-tendu et continuent de les sous-tendre. Si l'aspiration à dépasser le clivage en question est légitime, je pense qu'il correspond avant tout chez les gens de gauche à un désir de renouvellement et à une volonté de reconstruire leur propre camp politique (auto-dissous à force de compromission pour la gauche parlementaire, en grande partie purement et simplement anéanti pour la gauche plus radicale) sur des bases effectivement autres quant à certains points - mais qui ne doit cependant pas faire oublier l'existence d'un autre discours, récurrent - à savoir celui de l'extrême-droite justement, qui a toujours prétendu se situer au-delà de ces oppositions et qui a également toujours su exploiter cette volonté de dépassement - y compris au coeur même de la gauche. A ce titre, le slogan soralien "droite des valeurs, gauche du travail" est éloquent de confusionnisme et il est frappant de voir combien de personnes assez justement lasses de l'éternelle opposition en question de plus en plus stérile se féliciter de la formule - en même temps que les plus virulents négationnistes et partisans explicites du troisième Reich - tel un certain Reynouard - y voir - de manière non moins légitime...- un clin d'oeil bien marqué à une appellation construite très exactement de la même manière et ayant déjà "fait ses preuves" si j'ose dire - à savoir bien évidemment celle de national/socialisme...
Bref il me semble tout de même - et sans rentrer dans le détail de considérations plus techniques qui nécessiteraient sans doute un travail considérable - que RIEN ne permet d'affirmer que nous serions rentré aujourd'hui dans une ère postérieure au clivage en question (si ce n'est donc la décrépitude de la gauche et un besoin psychologique de renouvellement né d'une lassitude): opposition capital/travail, critique sociale contre rejet de toute critique sociale, conception verticale et autoritaire de la société contre égalitarisme, etc. structure toujours aussi fortement cette opposition, et c'est justement cette structuration qui permet d'identifier le soralisme dans la plus pure tradition populiste et extrême-droitière. Et c'est justement parce qu'une telle structuration ne peut que rappeler à cette extrême-droite son propre passif historique en même temps que l'héritage de ceux qui l'ont combattu qu'elle doit aujourd'hui tout faire pour lui dénier toute crédibilité - jeu de mauvaise augure dans lequel Soral est passé maître et surtout qui lui permet de déplacer certaines lignes de partage historique et politique afin de rendre possible la diffusion de thèmes autrefois biens exclusifs -tel le complotisme antisémite - de l'extrême-droite la plus décervelée au sein d'une jeunesse affiliée par ailleurs à un héritage de gauche - héritage qu'elle maîtrise de plus en plus mal et que le soralisme finit de vider de tout contenu et de tout sens.
Par ailleurs - et sur un sujet que je connais malheureusement beaucoup plus mal: pensez-vous vraiment qu'une sortie hors de l'Europe soit aujourd'hui une alternative viable aux ravages de la mondialisation?
En vous remerciant d'avoir pris le temps de me lire (et éventuellement de répondre),
Bien cordialement

Réponse de Maitre Kosen

 

Sur le plateau de France 2, lundi 3 février, M. Moscovici et Mme Le Pen se sont livrés l’un et l’autre au jeu de rôle, tant souhaité par les dirigeants européistes, consistant à assimiler le rejet de l’euro à l’extrême droite.

Épouvantail consentant de ce système européiste, Mme Le Pen, s’est naturellement gardée de demander la sortie de la France de l’Union européenne par application de l’article 50 du traité sur l’Union européenne, seule possibilité juridique de quitter l’euro.

M. Moscovici, pour sa part, n’a pas hésité à traîner dans la boue un économiste de renom, directeur d’études à l’EHESS, Jacques Sapir, en l’associant à l’extrême droite, pour discréditer ses travaux, réalisés avec un autre économiste, Philippe Murer, professeur à la Sorbonne. Rappelons que leurs travaux, fondés sur 9 scénarios alternatifs, convergent tous pour démontrer les bénéfices immenses que la France retireraient d’une sortie de l’euro, notamment en termes de croissance économique (avec un gain de +8 à +21 % en 4 ans), d’emploi (avec une baisse de 1 à 2 millions de chômeurs), de réduction de la dette publique (qui régresserait rapidement de l’ordre d’une dizaine de points de PIB), et de réindustrialisation.

Ce procédé consistant à jeter l’opprobre pour éluder tout débat de fond est d’autant plus scandaleux que M. Sapir n’était pas présent sur le plateau pour défendre son honneur et pour présenter de façon argumentée les résultats de ses études.

Pour faire bonne mesure, le même jour, Jean-Marie Colombani, ancien directeur du Monde, a publié sur DirectMatin une tribune assimilant les détracteurs de l’euro au régime de Vichy.

L’amalgame coordonné auquel se sont livrés MM. Moscovici et Colombani apparaît sous un jour spécialement répugnant lorsque l’on rappelle par exemple :

  • que le peuple suédois a rejeté l’euro par référendum le 14 septembre 2003, avec une majorité claire de 57 % et une participation massive de 83 %. Depuis lors, la Suède caracole en tête de la croissance et du taux d’emploi parmi les États membres de l’UE.

À en croire MM. Moscovici et Colombani, le peuple suédois serait un peuple d’extrême droite ?

  • que le grand syndicat britannique des transports RMT (Rail, Maritime and Transport) – qui compte 80 000 adhérents – demande la sortie du Royaume-Uni de l’UE (avec le thème « Non à l’UE, oui à la démocratie ») et rejette a fortiori l’idée que l’euro puisse être adopté un jour par les Britanniques.

À en croire MM. Moscovici et Colombani, ce grand syndicat situé très à gauche serait un syndicat d’extrême droite ?

  • que deux ministres de l’actuel gouvernement britannique, MM. Philipp Hammond (Défense) et Michael Gove (Éducation), ont demandé publiquement, le 13 mai 2013, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Ils l’ont fait sans être désavoués par le Premier ministre, qui a au contraire décidé d’organiser un référendum sur cette question.

À en croire MM. Moscovici et Colombani, le gouvernement britannique, que François Hollande est d’ailleurs allé rencontrer à Londres tout dernièrement, serait un gouvernement d’extrême droite ?

  • que M. Hans Olaf Henkel, ancien Président de la Fédération professionnelle de l’industrie allemande, équivalent du MEDEF français, est candidat tête de liste nationale aux élections européennes de 2014 en Allemagne du parti anti-euro Alternativ für Deutschland (AfD).

À en croire MM. Moscovici et Colombani, celui qui était il y a quelques années encore l’alter ego de Laurence Parisot serait un homme d’extrême droite ?

  • que 5 prix Nobel d’économie – James Mirrlees, Paul Krugman, Joseph Stiglitz, Christopher Pissarides et Thomas Sargent - ont appelé solennellement et publiquement l’Espagne à sortir de l’euro dans son propre intérêt, dans un article de mai 2013 du magazine espagnol Expansión.com.

À en croire MM. Moscovici et Colombani, ces 5 prix Nobel d’économie (dont 3 Américains, 1 Britannique et 1 Chypriote) seraient, eux aussi, d’extrême droite ?

Les nombreux exemples étrangers révèlent à quel point les attaques convergentes de MM. Moscovici et Colombani, qui tentent de faire croire que les opposants à l’euro seraient des nostalgiques du fascisme, sont des calomnies qui méprisent l’intelligence des Français.


Mondo Sur le même thème : Actualité, sport, politique

Zen et paix civile ?

Bonjour Kosen, L'avenir de la France ou plutôt de la société française me fait peur. Depuis les attentats et même avant, il est clair qu'il y a une fracture ethnico-religieuse dans certains endroits, phénomène qui semble s'accentuer avec l'arrivée massive de migrants. De l'autre côté, des Français "de souche" commettent des actes ...

ni droite ni gauche", avez-vous dit?...

Tout d'abord merci pour votre précédente réponse. "une partie de ce qu'il dit est sensé et même intéressant". Vous serez-t-il possible de préciser laquelle? Sur la question, les avis sont pour le moins divergents... "Les notions de droite et de gauche ne veulent aujourd’hui plus rien dire (...) Elles appartiennent au passé." ...

Libérééééééééééé...........

Bonjour Maître; J'espère tout d'abord que vous allez bien. Je tiens à m'excuser de vous reposer une question. En effet, n'ayant pas eu de réponse à ma première question et grâce au conseil de votre secrétaire Loïc, je me permets de vous déranger une seconde fois en espérant susciter une attention de votre part. Partant du ...

11 septembre

Maître, 40 ans après le renversement du gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende par Pinochet et ses partisans qui ont tué et torturé des gens innocents, particulièrement les gens pauvres et sans ressources...aujourd'hui encore nous maintenons la consigne du "sans pardon ni oubli"...Nous, moines et bodhisattvas du XXIème ...

équilibre ?

A votre avis;est'il possible de retrouver un certain équilibre dans notre société,et si oui par quelle moyen,zazen en est un parfait et direct j'imagine mais au niveau des relation international,national,régional,et de toute les petite guerre sur le plan de nos micro-sociétés familial,a l'intérieur de notre propre microcosme ...

les évènements de 2012

J’ai lu récemment un livre sur les évènements de 2012 ("2012 le Rendez-vous", Sylvie Simon) traitant d'un éventuel changent de pôle magnétique de la terre... entrainant d'énormes bouleversements de la vie sur terre, d'un renouveau spirituel... 2012 étant proche, qu'en pensez-vous ? Faut-il le prendre au sérieux ? Gasho. Pierre ...



Pour en savoir plus

Vous voudrez peut-être consulter d'autres thèmes de ce mondo Online, ou poser votre propre question. Lisez Mondo online : questions au maître zen Kosen Thibaut

Méditation zen : retraites

Prochaine sesshin : Yujo Nyusanji zen temple - 28 Décembre 2018 au 01 Janvier 2019 - Renseignements et inscriptions à cette retraite zen

Camp d'Hiver 2018-2019, stage de méditation près de Montpellier


InvariablementMaître Tenryu a levé le pouceUnifiant le ciel et la terreSans séparer l'est de l'ouestQu'il est risible GuteiFrappé de mutismeLe sexe dressé face à la lune

Tenryu

Faites un don

Soutenez le plan de gestion durable et de préservation du patrimoine forestier du Temple Yujo Nyusanji


Mondo

Questions au maitre zen Kosen

Boddidharma, moine bouddhiste indien, fondateur en Chine de l'école Chan, courant contemplatif du mahāyāna, devenu le Zen.

Maitre Kosen

Suivez l'enseignement de Maître Kosen au Dojo Zen de Montpellier et dans les grandes sesshins au temple zen Yujo Nyusanji


Kusens

Ecoutez et téléchargez les derniers enseignements de Maitre Kosen à Montpellier