Question

Quand vous parlez de condition normale, pensez-vous qu'il s'agit de quelque chose qui appartenait à l'humanité entière et qui a été perdu ou est-ce quelque chose d'autre?

Réponse de Maître Deshimaru

La condition normale est très difficile à expliquer. En ce qui concerne le corps, elle est facile à comprendre. Mais pour la conscience, c'est plus difficile.La psychologie, la philosophie, les religions ont essaye de l'expliquer l'esprit de Dieu ou la nature de Bouddha sont la condition normale. Autant de religions, autant de conceptions différentes et chaque époque s'est penchée sur la question.En zazen, la condition normale de la conscience est hishiryo sans pensée.Quand vous pensez tout le temps, vous n'êtes pas dans la condition normale. C'est votre imagination qui s'exprime, vos désirs personnels. Et voilà que vous pensez de plus en plus, vous avez peur, vous devenez anxieux. Si cela dure trop longtemps, les complications arrivent et même la folie.Si vous arrêtez la pensée, vous revenez à la condition normale de la conscience. Mais alors vous vous endormez... Pendant le sommeil, la conscience s'arrête. Les rêves amènent le subconscient à la surface. Quand vous rêvez, vous n'êtes pas dans une phase de sommeil profond.En zazen, on peut revenir à la condition normale. On ne dort pas mais le tonus musculaire est exact et la conscience devient semblable à celle du sommeil.Arrêter de penser pendant zazen est difficile. C'est la philosophie du zen à propos de la conscience normale, le «hishiryo » de Maître Dogen et le «nicht danken» de Jaspers.Fushiryo ne pas penser. Hishiryo penser sans penser. Si on veut arrêter sa conscience personnelle, c'est encore penser! On peut expérimenter « sans penser »pendant zazen. Les pensées montent quand même. Le subconscient apparaît mais pas besoin de le stopper. Etre naturel est mieux.Comment arrêter de penser par la conscience personnelle? On se concentre sur la posture. Dans une bonne posture, les muscles possèdent le tonus juste. L'état de conscience et le tonus musculaire sont en étroite relation. Si les muscles retrouvent leur condition normale, la conscience aussi. On doit équilibrer, harmoniser les deux. Si le tonus est faible, la conscience est trop forte et les pouces tombent, vous penchez la tête et vous êtes triste, mélancolique.Si les muscles ont un tonus correct, les pensées s'arrêtent par la conscience personnelle et le subconscient remonte à la surface.Certains ont trop de choses enfouies dans le subconscient. Cela devient les maladies modernes du système nerveux autonome névroses, hystérie, folie.Pendant zazen, cela sort. Et après zazen, tout le monde a un bon visage. Certainement, si vous voyez d'autres personnes, vous les trouverez différentes et si vous continuez pendant longtemps, vous les trouverez un peu «sales» parce que, par zazen, vous devenez pur et revenez à la condition normale.

Thème: 
La conscience

Voir plus de questions au maître zen Taisen Deshimaru , classées par thème.


Abonnez-vous à notre chaine YouTube


Méditation zen : retraites

Prochaine sesshin : Dojo de Montreuil - 18 Février 2023 au 19 Février 2023 - Renseignements et inscriptions à cette retraite zen

Sesshin de Paris 2023


Les belles se transforment en nuages et en pluieLe fleuve de la passion d'amour est profondUne femme publique et moi,Adepte du zen,Chantons au sommet d'une tour

Ikkyu

Faites un don

Soutenez le temple Yujo Nyusanji et la Kosen Sangha.


Mondo

Questions au maitre zen Kosen

Boddidharma, moine bouddhiste indien, fondateur en Chine de l'école Chan, courant contemplatif du mahāyāna, devenu le Zen.

Maitre Kosen

Suivez l'enseignement de Maître Kosen au Dojo Zen de Montpellier et dans les grandes sesshins au temple zen Yujo Nyusanji


Kusens

Ecoutez et téléchargez les derniers enseignements de Maitre Kosen à Montpellier